Oujda Oujda Oujda Oujda

Bientôt dans ce site un guide pratique pour les chercheurs de toute information sur la ville Oujda

 

Oujda (arabe : wajda) est la capitale administrative de la région du Maroc oriental, située à l'extrême nord-est du pays. Sa position géographique privilégiée, à 17 km de la frontière algérienne et à 50 km de la Méditerranée, lui permet de jouer un rôle de carrefour entre le Maroc, le Maghreb et l'Europe. Cette métropole compte plus de 400 000 habitants.

La ville oujda est bâtie sur la plaine d’Angads, bordée par les montagnes de la tribu des Béni snassen (Berkane Oujda Zayo Ahfir Tafoughalt) au nord et les Jbel Hamra, Ras Asfour et Mahçar au sud. Elle est traversée par les rivières Oued Nachef et Oued Isly.

Des spécimens de l’industrie de l’âge de la pierre ont été recueillis autour d’Oujda, vers Sidi Yahia, quelques silex taillés, dont un joli grattoir, à Aïn Serrak, des nucléus, lames, pointes, grattoirs à Sidi Moussa, sur l’Isly, des grattoirs, lames, pointes et disques en quartzite, certaines de ces pièces étant assez finement travaillées. L’industrie de la pierre polie, qui coïncide avec le début des temps géologiques actuels, a également laissé quelques traces dans la région. Vers les jardins de Sedd et au confluent de l’oued Nachef avec l’oued Isly, on a observé des foyers du néolithique ancien ; sur le plateau du Djorf El Akhdar, on a retrouvé trouvé une moitié de hache polie de forme dérivée de la hache en boudin. On trouve des restes de l'activité humaine des temps primitifs dans les grottes des environs d'Oujda : silex, pointes, etc. Undolmen a été trouvé dans les environs d’Oujda.

On suppose que les indigènes de ces temps reculés se vêtaient encore de peaux de bêtes, ils se paraient de coquilles d’œufs d’autruche ; on ignore s’ils cultivaient la terre.

Autour d'Oujda et de Taourirt subsistent des tumulus berbères de formes variées. Ils sont caractérisés par la pauvreté du mobilier : restes d'os humains, bien sûr, perles, pendeloques de cuir et fers de lance, etc.

Avant la conquête romaine, les populations établies à l’Est du fleuve de Moulouya étaient unies sous le royaume de la Masséssylie. Cet État était riche en hommes et en produits du sol, la culture des céréales et l’élevage du bétail y étaient développés ; il ne comprenait probablement qu’un fort petit nombre de villes comme Siga, qui avaient remplacé les anciens refuges construits avec des pierres sur les hauteurs.

En -105, d’après l’historien romain Salluste (Guerre de Jugurtha), le fleuve Mulucca (Melwiya) séparait le royaume de Jugurtha, roi de Numidie, de celui de Bocchus, roi de Maurétanie. D’après certaines sources, le "castellum de Melwiya" serait le Jbel Mahsseur situé à 20 km au sud d’Oujda.

En 42, la Maurétanie, devenue province romaine, est divisée en Maurétanie césarienne, s’étendant de Sétif à la Moulouya, et Maurétanie tingitane, comprise entre l’océan Atlantique et la Melwiya. En dehors de Rusadir (Melilla ou Mlilia), comptoir fondé par les Phéniciens et utilisé par les Romains. Certains historiens disent qu'il s'agissait peut-être de Lanigare, mentionnée par Ptolémée ; d'autres avancent Stabulum regis située à l'ouest de Nigrensis (Tafna).

Aucuns documents archéologiques ne sont venus apporter des éléments décisifs pour éclairer la présence romaine dans la région. Les traditions locales actuelles n'ont pas complètement oublié Rome : des fractions de la tribu des Beni Snassen (El Begia) prétendent être les descendants des conquérants romains.

À partir du IIe siècle, le judaïsme, ensuite le christianisme, se répand dans la région.

Des clans judaïsants et semi-nomades, s'établissent dans la région de Tlemcen et de Taza. Les persécutions antisémites des Wisigoths et de Justinien dirigea beaucoup de juifs dans la région de la Moulouya, où ils étaient florissants. Les traces de l'antiquité juive sont dans la légende de Sidi Yahya Ben Younès qui perpétue le souvenir d'une grande époque pour les juifs de la région.

L'antiquité tardive voit la cuvette d'Oujda peuplée de nombreux villages. L'historien Abou Hamid Elguazali, selon des traditions recueillies par lui-même, prétend qu'ils étaient habités par des chrétiens qui vivaient sous le règne d'un roi appelé El Ablak El Fortas (l'albinos teigneux).

En 682, la conquête arabe entreprise par Oqba Ibn Nafi Al Fihri sous le règne des Omeyades de Damas, est parachevée vers 705 par Musa ben Nusayr.

Au milieu du XIe siècle, Oujda prend de l'importance grâce à son statut de ville relais sur la voie Sijilmassa – Orient. Au fil de l'histoire des dynasties qui se succèdent en Occident musulman, Oujda finit par assumer une fonction stratégique importante chez les Mérinides, installés à Fès ; en l'occurrence celle de base arrière dans leur conflit avec les Abdelouadides de Tlemcen. Cette situation est à l'origine de plusieurs invasions destructrices auxquelles Oujda fut exposée. De même, elle connut beaucoup de difficultés en se ralliant tantôt à l'Est, tantôt à l'Ouest en raison de sa situation sur le champ d'affrontements entre les Saadienss et les Turcs. Longtemps, les souverains de Fès et de Tlemcen le disputèrent et dès le XVIe siècle, il fut brigué par les dynasties chérifiennes du Maroc et les Turcs d'Alger. En 1692, le sultan Ismail en chassa les Turcs qui ont établi leur hégémonie sur l'Algérie. Mais Oujda tombe de nouveau sous la domination turque au siècle suivant.

Oujda fut fondée par Ziri Ibn Attia, vers 994 au centre de la plaine des Angads. Investi par les Khalifes Omeyyades de Cordoue du commandement des deux Maghreb, Ziri Ben Attia (chef des Maghraoua, groupe de Zénètes nomades au milieu d’une vaste plaine désertique) doit s’y imposer par la force, décide de s’installer au centre du pays qu’il devait administrer plutôt qu’à Fès ou à Tlemcen. Il résolut donc de créer une "capitale" au milieu de la plaine des Angad à proximité de la source de Sidi Yahia et de montagnes qui pourraient éventuellement lui servir de refuge. Mais le site d’Oujda se justifie aussi par le croisement qui s’y opère entre deux grandes voies commerciales : la voie nord-sud de la mer à Sidjilmassa et ouest-est de Fèz à Tlemcen. Elle demeure pendant 80 ans le siège de la dynastie de son fondateur.

Oujda passa au pouvoir des Almoravides puis à celui des Almohades qui y élèvent une nouvelle fortification.

Après la destruction de la ville en 1272 par le sultan Abou Yaacoub Elmarini (Mérinide), son fils Abou Yaacoub Youssef entreprend la relève en 1325, reconstruisant ainsi une kasbah, un palais, une mosquée, des bains et enfin réussit à lui donner une certaine prospérité. La légende dit qu'elle est la ville de 360 portes qui s'étendait de l'ouest de Tairet aux rives d'Isly, avec une infinité de quartiers dont on retrouve toujours les restes.

Moulay Ismaïl, procède à partir de 1673 à la restauration et l'organisation de la ville et sa région.

Après avoir été occupée par la France le 24 mars 1907, Oujda contribue efficacement à la lutte pour l'indépendance du Maroc.

Pour des motifs de sécurité, le camp militaire français s’installe sur une butte (572m) qui, à 900 mètres au sud, domine la médina.

En 1910, la voie normale des chemins de fer est prolongée de Maghnia en Algérie jusqu’à Oujda. Pour des raisons d’ordre technique, la gare est construite à trois kilomètres au nord de la médina (village koulouche) vers 1920, autour de laquelle apparaissaient des constructions d’intérêt commun :

* un marché couvert arabe sur la place de Bab Sidi Abdelouahab ;
* des abattoirs près de la Kasbah ;
* l’immeuble du Trésor ;
* le tribunal de première instance ;
* l'école Sidi Ziane (1907)
* le lycée des garçons et l’ancien collège des jeunes filles.
Quand les troupes françaises viennent s'installer à Oujda en février 1907, elles le font à la demande de Moulay Abdelaziz, le sultan régnant. En effet le rogui Bou Hamara occupait alors tout l'oriental Marocain depuis les versants de l'Atlas jusqu'à la frontière algérienne. La ville d'Oujda avait même été occupée en juin 1903. Toutes les tribus de la région depuis les Zkara, les Mhaya, les Sedjaa, les Beni Yala, les Mezzaouir, les Atsamna etc., avaient fait allégeance à ce "nouveau sultan" ; la grande tribu berbère des Beni Snassen, elle, basculait entre les deux adversaires, penchant toujours du côté du plus faible, de façon à entretenir le climat à l'abri duquel elle se trouvait dispensée du paiement des impôts.

Après juin 1903, seules, la ville d'Oujda et la casbah de Saïdia étaient restées Maghzen, parce que la France y veillait.

À plusieurs reprises Moulay Abdelaziz avait demandé à la France de s'installer à Oujda pour la soustraire aux ambitions de Bou Hamara ; la France exigeait une demande officielle que le souverain marocain ne pouvait rédiger, et pour cause. C'est l'assassinat du Dr Mauchand à Marrakech qui servit de prétexte (assez injustifié) pour que Lyautey décide de venir à Oujda. Les autorités marocaines, Amel Benkerroum en tête, vinrent au devant des militaires français pour les accueillir.

Aucune des tribus qui avaient soutenu le rogui, et qui continuaient à le soutenir, ne manifeste d'hostilité à l'égard de cette présence qui rassurait la population rurale, rançonnée, à tour de rôle, par les roguistes et les maghzen [1]. Seuls, les Beni Snassen opposent une résistance dans la ligne de leur attitude précédente.

Il faut attendre 1934 pour que la venue, programmée par les autorités du Protectorat, du sultan Mohammed Ben Youssef à Oujda crée un mouvement de sympathie en sa faveur.

C'est surtout après 1945 que le mouvement nationaliste urbain érige le sultan en emblème de la lutte anticoloniale ; les évènements de 1948 catalysent la violence de ce mouvement.

La situation géographique privilégiée fait de Oujda un carrefour entre le Maroc et l'Europe et également l'Algérie.

Quartiers

* El Aounia
* Koulouche
* Vietnam (Oujda)
* Souk Laghzale
* Toba interne & toba externe
* Tennis (quartier)
* Qods Hay Al Andalous
* Mir ali
* Lamhala
* Azencot
* Oued Nachef
* Médina
* Château d'Eau
* Kodaan
* Maqsem
* Bouknadl
* Nouvelle Médina
* Chaouf (village oueld chrif)
* Boudir
* Lazaret
* Si Lakhdar
* Ennsar
* Hay Salam
* Hay Saada
* Hay rja f lah
* Hay al irfane
La ville de Oujda compte plus de 400 000 habitants (1994) ; en été la population double, grâce aux Oujdis résidents à l'étranger (ORE) qui reviennent régulièrement.

L'accroissement annuel de la population est de 2,4 % environ.

La population s’est diversifiée sous le protectorat français en 1907 du fait de l’afflux constant d’individus venus de tout le Maroc oriental comme le rif, d’Algérie mais aussi du Maroc occidental, de Fès, Marrakech et même du Souss.

Oujda, chef-lieu de la préfecture d'Oujda-Angad est la capitale de la région de l'Oriental. La Wilaya d'Oujda compte six provinces : Oujda-Angad, Berkane, Nador, Taourirt, Jérada et Figuig.

Elle s'étend sur une superficie de 20 700 km² (3/4 la surface de la Belgique) à l'extrême nord-est du Maroc.

La ville d'Oujda cumule une large gamme de fonctions, certaines dominantes et d’autres secondaires, qui en font une capitale régionale incontestable.

Districts de la ville oujda :

* Oujda centre : La médina et les quartiers qui l'entourent font de Oujda centre le cœur historique de la ville ;
* Lazaret : le plus grand quartier d'Afrique, district de la ville d'Oujda et le plus populaire se situe à l'est de la ville ;
* Oujda nord : c'est un district varié qui englobe des quartiers populaires comme village koulouche et des quartiers chics comme CGI

Quartiers de la ville d'Oujda

Oujda sud : se composent du quartier Alquds , Alandalouss ( connus comme les quartiers les plus chics d'Oujda ) et Sidi Yahya . Elle donne sur la montagne de Sidi Meafa, il y a l'université Mohammed 1 et les grandes écoles, la mosquée Ibn Hazm construite sur la place la plus haute d'Oujda.

Transports
Transport ferroviaire

Oujda est reliée par chemin de fer vers l'est à l'Algérie (la ligne est actuellement fermée depuis 1994), à l'ouest à Fès, Rabat, Casablanca, etc., et au sud à Bouarfa.

Il existe des taxis rouges pour circuler à Oujda et des bus sont à la disposition des oujdi. Des bus de couleur blanche sont disponibles pour des plus longs trajets (ex: la ligne oujda sidia).

Il existe aussi de grands taxis blancs (Mercedes) qui permettent de quitter la ville pour toute autre destination du pays, mais certains taxis blancs effectuent des va et vient sur un seul et même trajet : pour deux dirhams cinquante le voyage, il vous prend d'un quartier et vous dépose en centre ville, chaque quartier possède sa station de taxis "directs" qui mènent tous à un point précis, le centre, et ramène à un autre point précis, le quartier d'où ils sont partis au départ. Ces taxis ne démarrent pas tant qu'ils ne sont pas complets : quatre passagers à l'arrière et deux passagers à l'avant qui se partagent le siège passager. À noter que la ville sera bientôt desservie par une autoroute qui reliera Fès a Oujda ; elle sera livrée en 2010.

La ville possède un aéroport international certifié ISO 9001/2000 (2007) Aéroport International Oujda - Angads situé au Nord, à 10 km de la ville qui relie Oujda à plusieurs villes du Maroc et d'Europe occidentale. Cet aéroport sera agrandi et une autre piste sera réalisée en 2008.

La ville possède plusieurs lignes de Bus reliant tous les points de la ville ainsi que quelques villages aux alentours, ainsi que des taxis de couleur rouge

La médina d'Oujda, qui atteignit une superficie de vingt-cinq hectares en 1880, abritant plusieurs monuments de valeur historique indéniable, était entourée d’une ceinture de jardins plantés d’oliviers, ceinture épaisse de mille mètres en certains endroits. Chaque jardin était clos d’un mur en pisé de 1,80 m à 2 mètres de haut percé de nombreux trous. Ces jardins constituaient donc un système de défense appréciable, qu’on avait renforcé dans les années 1880 par la construction de murailles en pisé de six à sept mètres de hauteur, formant une enceinte continue percée de deux portes diamétralement opposées, et doublée d’un fossé large et profond creusé pour construire le mur. La Médina comprenait neuf quartiers correspondant aux différentes fractions de la population Oujdie : Achegfane – Ahl Oujda – Oulad Amrane – Ahl El Jamel – Oulad El Gadi – Oulad Aïssa – le Mellah – le quartier des marchés (commerçants et artisans) et le quartier de la kasbah (bureaux du makhzen).

* Les portes de la Médina

Près de la porte Bab Sidi Abdelouahab, on trouve un souk hebdomadaire "marché" se tenant chaque jeudi sur une place à l'extérieur des murailles de la médina, cinq fondouk ou hôtels, trois mosquées (Djamaâ El Kebir, Djamaâ Heddada, Djamaa Sidi Okba), une medersa ou collège, trois synagogues. Dans les jardins, irrigués par des seguias, alimentés par les sources de Sidi Yahia Benyounes, les gens d’Oujda font des cultures maraîchères. Sur ce marché on y trouve particulièrement des marchands venus d'Algérie qui vendent leurs produits locaux très demandés par les Oujdis, ceci depuis des années.

* Bab Sidi Abdelouahab

Située à l'ouest, c'est une porte ogivale encadrée de deux bastions au dessus de laquelle le Maghzen faisait accrocher les têtes coupées des rebelles d’où son nom de « porte des têtes ».

* Bab El Khemis

Située au nord de la Médina.

* Bab Oulad Amran

C'est la porte qui donne sur la rue de Marrakech.

* Bab Gharbi

* Les murailles de la Médina

Les monuments de la Médina La Kasbah Dar Al Makhzen Dar Al Bacha École Sidi Ziane * Dar Sebti : l'un des palais les plus fabuleux de la ville. Construit en 1938 par un grand commerçant de la ville, il fut restauré et rénové. Il a une double fonction : c'est le siège du Centre d'Études et de Recherches sur la Musique Gharnati, et le lieu d'activités culturelles et de festivités diverses (fêtes de noces, expositions, réceptions…). En face de ce palais, s'étend le parc Lalla Meriem aménagé pour la détente et abritant un musée. Ce parc est également le siège du Syndicat d'Initiative et du Tourisme de l'Oriental.

* Bibliothèque Charif Al Idrissi, Oujda

La bibliothèque Charif Al Idrissi, créée en 1956 faisait partie du petit réseau de bibliothèques publiques modernes du siècle dernier. L’emplacement de l’actuelle bibliothèque se trouve dans une belle demeure mauresque qui appartenait au pacha de la ville d’Oujda. Actuellement elle fait l’objet d’un aménagement des salles de lecture et du bâtiment et deviendra une bibliothèque spécialisée multilingue pour la région de l’Oriental.

La position géographique privilégiée d'Oujda constitue un atout pour sa prospérité et son progrès, la ville a une vocation commerciale et tertiaire excellente.COLAIMO est une coopérative laitière présente dans la région orientale.

La ville est dotée d’un tissu industriel embryonnaire :

* Zone industrielle (boulevard Mohamed V) avec une superficie de quarante-huit hectares plus sept hectares d'extension et avec cent-quarante-quatre lots industriels.
* Zone industrielle Al Boustane II avec une superficie de cent hectares, quatre-vingt-un lots industriels et cent-quarante-sept lots dans la zone d'activité économique.
* Les locaux professionnels : soixante-cinq lots avec différentes superficies (vingt de moins de 40 m² ; vingt de moins de 80 m² ; quinze de moins de 160 m² et dix de moins de 240 m²), où se sont implantées de nombreuses usines (matériaux de construction, conserveries, minoterie, laiterie, unités de conditionnement, produits chimiques…).

Pôle tertiaire, il renferme un équipement commercial grossiste, un appareil administratif étoffé (chef lieu de wilaya de région, délégations régionales de ministères) et des services rares, en particulier des professions libérales : architectes, médecins spécialistes, notaires, experts-comptables, avocats, bureaux d'études etc. Dans la nouvelle médina, les commerces d’articles d’Algérie (souk El Fellah, dont l’appellation évoque les magasins d’États dans les villes d’Algérie) et de Melilla (souk Melilla ou Mlilia) attirent la clientèle locale ainsi que les visiteurs.

Le nombre élevé d’agences bancaires, plus d’une trentaine est lié à la fonction de refuge des capitaux des Marocains résidents à l'étranger (MRE) originaires de la ville et de sa région.

* Agences postales : 16
* Bureaux de distribution : 13
* Guichets Annexes : 5

* Commerce

* Logistique

* Finance

* Assurance

* Tourisme

La capitale de l'Oriental, chef lieu d'une région, disposant d'un certain nombre d'atouts naturels, et favorable pour le développement du tourisme, se caractérise par la plage de Saïdia longue de quatorze kilomètres de sable fin et doré. La montagne de Béni-Snassen présente un beau paysage naturel qui forme la vallée de Zegzel, gorges, chutes d'eau, grottes, etc...

À six kilomètres d'Oujda, l'oasis de Sidi Yahya offre un site particulièrement agréable. Ce site qui englobe un souk les vendredis matin. Oasis de verdure, la capitale du Maroc Oriental située à 450 m d'altitude offre la variété de sa végétation, palmiers, eucalyptus, mimosas, lilas, un enchantement pour les sens. La ville moderne, coquette et riante possède de belles et larges avenues qu'agrémentent les parterres de fleurs et des bassins. Quant à la médina, impressionnante par son aspect, elle demeure strictement traditionnelle. Le visiteur attentif est appelé donc à suivre, à l'aller, l'itinéraire suivant : Bab El Gherbi, Kasbah, 3 fontaines, Grande mosquée Bab Sidi Abdelouahab, Rempart Dar Essebti, Parc Lalla Aïcha, Oasis Sidi Yahya Ben Younes, et au retour : Dar Lamhalla, Avenue des Riads, Place El Attarines, Souk El Maa, Derb El Mazouzi. Son attention sera retenue aussi par son Kissariat où le tapis et les étoffes chatoyantes, objets de cuir brodé et de cuivre ciselé artistement, l'émerveilleront.

Aujourd'hui la région est appelée à jouer un rôle important grâce au tourisme notamment avec la création du grand pôle touristique à Saidia plage (56 km au nord d'Oujda), le dédoublement de la voie Oujda Saidia, le lancement des travaux de l'autoroute Oujda Fès ( qui sera prête en 2010), l'extension prévue de l'aéroport d'Oujda-Angad (ajout d'une piste et création d'un pôle arrivée et d'un pôle départ), la construction d'hôtels, la mise à niveau des voies et boulevards de la ville, l'aménagement de la médina, etc.

Saïdia, la perle bleue, est un grand espace touristique aux portes de l'Europe, située à 60 km au nord de la ville d’Oujda, Saïdia est l’une des plus belles stations balnéaires du nord marocain.

Disposant d’une belle plage de sable fin de 14 km, elle bénéficie d’une image appréciable au niveau national et international.

Cette image est rehaussée par les équipements qu’offre la ville en matière touristique et par l’essor qu’ont connu les festivités aussi bien artistiques, culturelles que sportives.

Un festival de la musique gharnatie et des arts populaires y est organisé en juillet et août de chaque année.

Dans le cadre du plan Azur que le gouvernement marocain a mis en place pour développer l'activité touristique du pays sous l'appellation « vision 2010 », un appel d'offre international a été lancé par le gouvernement du Maroc auquel ont pris part treize sociétés et qui a été remporté par le groupe FADESA, un des principaux groupes immobiliers d'Espagne, qui s'est fixé comme objectif de faire de Saïdia une référence pour le tourisme international sur la Méditerranée.

Pas très loin de la médina, s'étend le parc Lalla Aïcha sur une superficie de deux hectares environ. Créé en 1935, il constitue un lieu de détente pour les habitants d'Oujda. Il offre une belle aire de loisirs avec ses piscines, ses terrains de sports, ses clubs de tennis et d'équitation.

* L'oasis de Sidi Yahya se situe à six kilomètres seulement du centre ville d'Oujda. C’est un lieu de rencontre de plusieurs ethnies et diverses religions. Il abrite le mausolée du saint homme patron de la ville "Sidi Yahya Benyounes" ainsi que les tombes de plusieurs saints.

* Tafoughalt, station d’altitude des Béni-Snassen. Ce petit centre se situe au cœur de la chaîne des Beni Snassen, à 18 km au sud-ouest de Berkane (à 60 km nord d'Oujda). Initialement connu sous l’appellation d’Ain Tafoughalt, sur un site de roches calcaires riche en résurgences, Tafoughalt occupe une position stratégique, à une altitude d’environ 850 mètres, sur un col méridien long de dix kilomètres.

* Sidi Mâafa, une petite forêt, véritable poumon de la ville, située à quatre kilomètres de la ville, où l'on peut profiter d'une belle promenade et escalader le jbel Alhamra. Le lieu offre une belle vue panoramique sur la ville et ses alentours. Des travaux concernant l'amélioration des voies et chemins de cette forêt ont commencé fin 2006. Le 7 avril 2007, ce parc a été inauguré au grand plaisir des sportifs qui l'utilisent, des étudiants des diverses écoles avoisinantes et de la population Oujdie qui y trouve tranquillité et espaces verts.

* Tgafaït, située à 25 km au sud-ouest de la ville minière de Jérada, ce petit village mérite déjà le nom d'oasis grâce à la verdure de ses beaux jardins contrastant avec la steppe des alentours. Les cascades, les gorges et les sources de l'oued Za, principal affluent de la Melwiya, offrent un charme particulier au visiteur.

La ville d'Oujda dispose de l’université Mohammed premier (l’UMP) qui a été créée en 1978. Elle comporte six établissements d’enseignement supérieur (quatre facultés et trois écoles plus le centre pédagogique régional pour la formation des professeurs du premier cycle (CPR) ainsi que le centre de formation des professeurs du primaire (CFI) :

* Académie Régionale pour l'Education et la formation d'Oujda, AREF-Oujda : AREF-Oujda
* Centre de formation des professeurs du primaire, CFI-Oujda : CPR-Oujda
* Centre Pédagogique Régional pour la formation des professeurs du premier cycle, CPR-Oujda : CPR-Oujda
* Délégation du men Oujda Angad, delegation-oujda : DMEN-Oujda
* Faculté de Medecine et de Pharmacie
* Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d'Oujda, F.L.S.H.
* Faculté des Sciences, F.S.
* Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales F.S.J.E.S.
* École Supérieure de Technologie E.S.T.
* École Nationale des Sciences Appliquées, E.N.S.A
* École Nationale de Commerce et de Gestion E.N.C.G.
* Institut de Commerce et de Gestion ICG Oujda (à la Chambre de Commerce d'Industrie et de Services d'Oujda)

La Ville d'Oujda compte aussi un centre de Classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) avec deux filières (MPSI et TSI) et plus de 300 étudiants.

La ville d'Oujda compte plusieurs écoles privées d'enseignement primaire et secondaire. Ainsi qu'une école qui dispense un enseignement Français ( al Badil c.g.i )

* Ennaîr :

Charmante tradition que celle d'Ennaîr. Egalement trés célébrée en Algerie.C'est une célébration qui relève du calendrier julien puisque Ennaîr serait l'équivalent du Ianuarius romain (janvier). En milieu rural, les agriculteurs ne manquent jamais de célébrer Ennaîr dans la nuit du 13 au 14 janvier. À cette occasion, les femmes préparent pour le dîner une r'fissa à la dinde ou au poulet beldi. Plusieurs coutumes se rattachent à cette célébration. Ainsi, à Oujda, le chef de famille se rend au souk, il achète un couffin neuf (gouffa) et s'approvisionne en fruits secs (amandes, dattes, figues sèches) généralement à Bab Sidi Abdelwahab où toute une rangée adossée à la muraille est spécialisée dans la vente des fruits secs. Le soir d'Ennaîr la maîtresse de maison confectionne un pain pour chaque membre de la famille ; elle introduit en son centre, un œuf avant de le mettre au four. Le dîner se compose de barkoukech, variété de couscous aux gros grains dans lequel la grand-mère (ou une grande personne) introduit un noyau de datte. Celui qui le trouve aura de la chance tout au long de l'année. Ensuite elle distribue à tous les membres de la famille des petits sacs en tissus, sorte de bourse (ceux-ci ont déjà servi les années passées avec quelquefois les noms de chaque membre de la famille écrit dessus) ; tous les fruits secs, et parfois des friandises, sont versés dans une grande bassine en terre ou en aluminium, on mélange le tout et à l'aide d'un bol, la maîtresse de maison commence le partage et chacun tend son sac. La dégustation de ces fruits secs dure plusieurs jours. Lors de cette fête, il est de coutume d'acheter de nouveaux accessoires, de nouvelles assiettes de nouveaux couverts, de nouveaux habits pour tous les membres de la famille ; c'est le commencement d'une année, donc "tout" est neuf.

* Thara :

C'est la fête de la circoncision ou khatan des jeunes enfants, généralement entre la naissance et trois ans et demi. L'enfant porte une qachaba ou 3baya, genre de soutane blanche ; le "Hajjam", à l'époque "chirurgien" de circonstance (de nos jours la circoncision se fait par un chirurgien à l'hôpital), exécute la circoncision de l'enfant à qui on donne un œuf dur à la main, symbole de fertilité. La douleur est vite atténuée par les youyous des femmes, l'enfant est alors mis dans une chambre où il reçoit la visite de tous les proches. Des cadeaux sont alors donnés à l'enfant pour… oublier.

* Arsse :

Mariage qui dure quatre jours selon la tradition. Il y a le "dfou3", la famille du mari envoi des cadeaux a la mariée ainsi que des moutons et toutes les fournitures qui serviront à la préparation du repas de fête. Ensuite il y a "lhenna" (jour de henné) où la mariée est prise en main par les jeunes filles de sa famille pour un entretien complet : après-midi au hammam ; passage chez la coiffeuse, l'esthéticienne... Le soir pendant l'arrivée des invités, elle se fait tatouer les mains de fins tatouages au hénné ; lors de cette soirée, elle porte une robe blanche brodée au fil vert ou bien une robe en velour noir bleu ou rouge brodée de fil doré. Lors de la troisième soirée, le jour du 3arss, le marié vient accompagné de sa famille, ils partagent du lait et des dattes. La mariée doit défiler avec sept robes traditionnelles conçues spécialement pour cet évènement. À la fin de cette soirée, le marié emporte sa femme avec lui a la maison, ils forment désormais un couple. Le dernier jour correspond au "hzam", déjeuné organisé et apporté par la mère de la mariée pour célébrer les noces qui se terminent par un après-midi convivial où la famille de la jeune mairée la rejoint dans son nouvel appartement, et pendant lequel, on demande à un enfant de lui mettre une ceinture autour de la taille pour marquer le passage du statut de jeune fille à celui de jeune femme. En récompense, la mariée offre de l'argent (un billet) à l'enfant.

* Fantasia :

Course de chevaux, tradition originaire de l'époque où La Maurétanie (Maroc, et non pas la Mauritanie) est devenue Musulmane avec les conquêtes espagnoles datant de l'époque où le Maghreb n'avait point de frontières. Les cavaliers doivent à la fin de la course tirer de manière synchronisée un coup de feu appelé baroud,dit plus précisement "Srab el Baroud".

* El Reggada :

Danse populaire de la région d'Oujda Berkane Ahfir et Bni drar. Cette danse est pratiquée par les hommes, qui effectuent des mouvements de pied et d'épaules et tapent sur le sol, cela fait référence aux combattants de Oujda, Berkane, Ahfir... C'est une danse guerrière. Cette danse s'est ensuite répandue dans le rif voisin mais serait originaire de l'autre côté de la frontière algérienne (Oran,Maghnia,Tlemcen...).

* Personnages et héros des contes et histoires :
o Nounja
o Majjiitte
o Aicha Kandicha
o Kerria Mimmiss
o Zekraoui : époux de Kerria
o Kabrane l'Mouta
o Baâ (Sidi Yahya)
o Idrissi Zerguit (Mly-Driss)

* Sidi Yahya Benyounes, le saint patron de la ville

Point de rencontre de diverses civilisations, cette oasis abrite également les mausolées de plusieurs saints dont le plus vénéré est celui de Sidi Yahya Benyounès. Pour certains chrétiens, il s'agit de Saint John, fils de Jonas contemporain de Jésus. Pour les Juifs c'est un Rabbi Castillan installé à Oujda en 1391. Les croyances populaires en attribuent une " Baraka " provenant d'une longue vie de quatre vingt ans passées dans l'adoration de Dieu.

Proverbes oujdis

* On n'achète pas les légumes, avec du bla bla : on ne nourrit pas sa famille, avec des paroles.

* Chaque brebis est suspendue par sa patte : chacun doit être responsable de ce qu'il fait.

* Celui qui creuse un trou y tombe : celui qui complote ou veut porter préjudice à autrui, subit toujours des revers ou est victime de ses propres méfaits.

* Les gouttes de pluie font la rivière : il faut être patient dans la vie.

* Ce qu'on a gagné pendant la journée a été perdu la nuit : il faut savoir dépenser son argent utilement.

* N'est pas Oujdi celui qui ne se sent pas Algerien dans son coeur.

* Dans le mausolée de Sidi Yahia repose un saint chrétien qui serait saint Jean-Baptiste. C'est pour cela, que de nombreux Oujdis ,ne sachant même pas qu'il s'agit d'un chrétien , pour la Saint-Jean-Baptiste (fêtée le 24 juin) font à Sidi Yahia un méchoui.

Cinéma Oujda a organisé en 2005 le 1er Festival du film Marocain et Algerien.
À travers l'Islam, le Maroc a reçu de l'Orient un important patrimoine artistique. Il a été par la suite réceptacle de la culture andalouse. L'origine de la musique Gharnati remonte aux derniers siècles de l'Andalousie musulmane (1232-1492). L'époque de la dynastie Beni al Ahmar à Grenade.

De nos jours, une partie de la tradition musicale de cet héritage précieux apparaît dans les pays du Maghreb sous le nom de ala, çan3à, gharnati, maluf et récemment musique andalouse. Cordoue, Séville, Grenade ont collaboré au rayonnement de la langue, de la poésie et la musique andalouse.

À Oujda la musique andalouse règne en maitre dans toutes les cérémonies, mariage, veillées intimes, etc. Malgré les pièces instrumentales utilisées c'est le chant qui prédomine, il se scinde en deux catégories :

* le chant mélismatique au rythme libre improvisé par une voix solo soutenue par un instrument ;
* le chant syllabique, dont la mélodie fixée d'avance est scandée sur rythme déterminé, exécuté en général par un groupe de voix à l'unisson enrichi parfois par quelques ornements vocaux effectués par l'un des membres du groupe.

À Oujda le groupe le plus célèbre en musique gharnatie est "L'Association Al Moussilia",sous la direction de M.thanthaoui ahmed ; il est constitué d'environ seize membres parmi lesquels des instrumentistes et chanteurs (garçons et filles) ; il se dédie essentiellement à la recherche, à la conversation et à la diffusion du riche patrimoine musical qui subsiste au Maroc. La musique Al Gharnati, domination sous laquelle on connaît au Maroc la musique provenant d'Al Andalous, forme la base principale de son répertoire qui inclut en plus d'autres formes musicales marocaines et arabes. Ce groupe a participé dans divers manifestations et festivals nationaux et internationaux en Grèce, Hollande, Espagne, Portugal, Syrie, Jordanie, Algérie,angletaire ,lbahraine , .....

C'est une danse guerrière typiquement originaire d'algerie elle est l'ancêtre de la reggada, gasba, arfa.Ce folklore s'est propagé des deux cotés de la frontière algérienne (Oran, Maghnia,Oujda...) puis a fini par se propager dans le rif, du fait qu'une population massive rifaine a immigré dans de nombreuses villes Béni snassen puis en Algérie voisine (Oran, Maghnia...) On la danse avec des mouvements d'épaules, un fusil (ou un bâton), en cognant ses pieds contre le sol au rythme de la musique pour signifier l'appartenance au terre Béni snassen..

Ces danses traditionnelles issues de la même région des Béni snassen (Oujda, Berkane, Ahfir, Bni drare, Tawrite...) en ont fait la musique principale de ces villes. A la base, la danse guerrière des Béni snassen a su influencer le rif et la côte ouest algérienne.

Oujda possède les clubs suivants :

* Mouloudia Club d'Oujda (footbal, rugby, handball, athlétisme, basket...) ;
* Union Sportive Musulman d'Oujda (football) ;
* Union Sportive d'Oujda (athlétisme, rugby ) ;
* Etoile Sportif d'Oujda (athlétisme) ;
* Renaissance Sportive d'Oujda (football).
* Union des journalistes sportifs marocains de l'Oriental (UJSM) ;

L'infrastructure sportive à Oujda est constituée du stade municipal, une enceinte olympique, le stade d'honneur (20 000 places) et une salle omnisports qui est en construction.

Les principales caractéristiques du parler oujdi qui le différencient des autres parlers marocains sont :

* l'absence du préfixe verbal "ka" à l'inaccompli : on dira donc "nakoul" (je mange) au lieu de "kanakoul" ;
* la distinction faite entre la 2e personne du masculin et celle du féminin, à l'accompli "dert" (tu as fait - masculin) et "derti" (tu as fait - féminin) ;
* le suffixe de la 3e personne du singulier est souvent "ah" au lieu de "ou", bien que ce dernier soit de plus en plus utilisé et devient dominant ; ex : "3andah" : il a, "darbah" : il l'a frappé, etc. ;
* un lexique propre à la région, mais souvent identique ou assez proche de l'algerien de l'ouest qui parlent quasiment le meme dialecte qu'a Oujda ;
* Wachta, wasmou : quoi, Mlih : bien, Dork : maintenant, bella3 : fermer, zroudiya : carotte, rwah : viens, Wah : oui, Zallamete : allumettes, etc.
Oujda possède les mêmes plats que dans le reste du Royaume, à quelques exceptions près: En plus des plats nationaux comme la Harira (soupe), la Pastilla (bastela), le couscous (nommé Taam à Oujda), préparé soit avec les légumes (généralement sept) soit avec les raisins secs et oignons (Zbibs), la cuisine d'Oujda se distingue par les spécialités qui suivent :

Gouter ou Repas rapide(Snack)

* Karan et Barida' : Un Snack trés copieux à base de pois chiches et de petit pois cuits à petit feu,le tout dans une baguette,trés apprécié par les Oujdis et se sert surtout dans les quartiers populaires ou dans la médina ou dans le Stade local et pour l'accompagner une boisson locale nommée Barida à base de citron.
* Boubouche :De l'escargot, préparé et épicé,appelé "Ghllal" dans les autres régions du Maroc,ce qui le rend spécial est sa sauce.

* Sellou : Mélange très nutritif et calorique de farine grillée mélangée au beurre fondu, au miel, au sésame, amande etc. passé au pilon.
* Khringo : sorte de crêpe avec des petites alvéoles (trous) sur une face (le nom vient de trous). D'où son fameux nom : la crêpe aux mille trous.
* Mbessess (harcha) : sorte d'épaisse tortilla à la semoule de blé dur, parfois garnie de pâte de datte ; très nutritif pendant le ramadan.
* Taquenta : pâte à tartiner faite à base de farine, de sucre et d'huile ; très riche, cette pâte se mange aussi garnie dans des dattes dénoyautées (ancienne coutume)
* Zeméta : orge frais concassé auquel on ajoute une pincée de sel, et qu'on lie avec de l'eau ou un œuf, le tout dans une poêle à feu doux.
* Sfenj : spécialité irremplaçable de beignet que tout le monde va chercher chaud près de chez soi dès le réveil. Il y'a des files d'attentes devant les boutiques de ces petites "viennoiseries" (simple local aménagé pour la friture de cette spécialité), mais cela ne décourage personne ; à Oujda il y'a rarement de petit dèj' ou de goûter sans sfenj.
* Msemen : dite crêpe marocaine.
* Kaak : Biscuit sec en forme de soleil à base de farine, d'anis et de fenouil.